Archives de Tag: Jacqueline Hoareau-Dodinau

Les PULIM de LIMOGES seront présentes au 7 éme forum de l’Histoire du Limousin

Publicités

les PULIM publient : « Jeux interdits, La transgression ludique de l’Antiquité à nos jours »

Les PULIM ont le plaisir de vous faire part de la parution de l’ouvrage 

Jeux interdits
La transgression ludique de l’Antiquité à nos jours                                  

sous la direction de Vincent Cousseau
Préface d’Élisabeth Belmas

Un fils de sénateur romain peut-il se donner en spectacle aux Jeux du cirque ? Une femme de la bonne société à la Renaissance peut-elle jouer aux cartes en compagnie masculine ? Et un séminariste peut-il pratiquer le football dans l’Italie du XXe siècle ?

Lorsque le jeu détache ses protagonistes de leurs appartenances sociales, il invite à questionner les valeurs, les codes et les conventions de la société. Jusqu’à l’époque contemporaine, l’activité ludique fait l’objet d’un puissant contrôle social exercé par les autorités politiques, civiles et religieuses. Critique morale, réprobation sociale et sanctions pénales engendrent une surveillance des joueurs et de leurs jeux qui entre en tension avec l’exercice des libertés individuelles et collectives.

Mais à ce jeu du chat et de la souris, les joueurs parviennent à se glisser entre les mailles du filet des autorités et à préserver la pratique des jeux interdits.

Sommaire

– Avant-propos (Vincent Cousseau)

– Préface (Elisabeth Belmas)

La représentation des joueurs

– Entre satire et parodie : représentation d’animaux joueurs en Égypte (Anne Elizabeth Dunn-Vaturi)

– Jouer au féminin dans la culture visuelle septentrionale (XVe-XVIIe siècles) (Antonella Fenech-Kroke)

– Le théâtre des XVIIe et XVIIIe siècles  fustige-t-il le jeu de hasard ? (Natalia Leclerc)

Le pouvoir du jeu

– La participation des élites romaines aux Ludi : entre condamnation morale, dégradation sociale et succès populaire, le sens d’une interdiction perpétuellement contournée (Agathe Migayrou)

– Le pato en Argentine : de jeu interdit  à sport national (Lucie Hémeury)

– La violence dans les jeux vidéo : discours politiques d’un thème polémique au tournant des années 2000 en France (Julien Lalu)

La religion en jeu

– Moines et jeux dans la sculpture des stalles de chœur à la fin du Moyen Âge.  Une transgression ? (Welleda Muller)

– Divertissements et maîtres en Islam (Alex de Voogt)

– Interdire le calcio ? Les tourments footballistiques du clergé italien au tournant des années 1950 (Fabien Archambault)

Déstabilisations sociales

– Les jeux d’illusion déstabilisateurs de l’ordre mondain de la science en France  au XVIIIe siècle (Gilles Chabaud)

– Les jeux en Corse : entre attrait et réprobation sociale (fin de l’époque moderne-XIXe siècle). L’exemple de la Balagne (Laetizia Castellani)

– Le jeu de rôle sur table et les interdits : histoire d’une acceptation progressive et difficile dans le monde contemporain (Denis Huneau)

220 pages / ISBN : 978-2-84287-694-4 / 20 €

Cet ouvrage est disponible :

à la boutique des PULIM

39C, rue Camille Guérin  87031 Limoges cedex

Tel. : 05 55 01 95 35 – Fax : 05 55 43 56 29 – email : pulim@unilim.fr

en librairie

auprès de notre diffuseur :

FMSH-Diffusion 18-20, rue Robert Schuman- 94220 Charenton-Le-Pont

Tél : 01.53 48 56 30 – Fax : 01.53 48 20 95 – email : cid@msh-paris.fr

en ligne

http://www.lcdpu.fr

http://www.pulim.unilim.fr

Nous espérons qu’il saura retenir votre attention et nous vous souhaitons une agréable lecture.

Bien cordialement,

Jacqueline Hoareau-Dodinau,

directrice des PULIM

Jacqueline Hoareau-Dodinau
Professeur d’histoire du droit
Directrice des PULIM
39c, rue Camille Guérin – 87031 Limoges cedex
tel. : 05 55 01 95 35
Présidente de l’AEDRES (association des éditeurs de la
Recherche et de l’enseignement supérieur)
Jacqueline.hoareau@unilim.fr

Salon « Lire à Limoges ». Philippe Paret des PULIM, habituées des Rencontres, y dédicacera le 11 avril 2015.

Philippe Paret  dédicacera son ouvrage  Le communisme rural en Haute-Vienne. Etude d’une culture politique de la Libération à la fin des années 1960 sur le stand des PULIM au salon Lire à Limoges le 11 avril 2015- 

Jacqueline Hoareau-Dodinau

Professeur d’histoire du droit

Directrice des PULIM Présidente de l’AEDRES (association des éditeurs de la
  Recherche et de l’enseignement supérieur)

Le communisme français n’a pas été seulement celui des ouvriers. Dès l’entre-deux-guerres, de nombreuses communes des campagnes ont dirigé leurs suffrages vers le PCF, en contradiction avec l’image conservatrice qui colle souvent aux paysans en matière politique. Cette implantation précoce ne s’est pas démentie à la Libération, bien sûr en lien avec l’aura acquise par le parti dans la Résistance. C’est ainsi que la Haute-Vienne, dont les campagnes sont les dépositaires d’une tradition rouge et contestataire remontant au XIXe siècle, sont devenues à la fin de la guerre et jusque dans les années 1980 un véritable bastion communiste, malgré le poids considérable de l’autre parti de gauche dans le département, la SFIO.
Cet ouvrage se propose de retracer l’historique de cette implantation au cours d’une période charnière dans le monde rural: celle qui court de la Libération à la fin des années 1960, alors que la civilisation paysanne est en train de disparaître. Se dessine une manière d’être communiste à la campagne fortement liée à une identité locale et donnant naissance à une culture politique en apparence paradoxale, au croisement de l’idéologie, des structures et des intérêts portés par le PCF d’une part, des représentations et des revendications des paysans haut-viennois d’autre part. Ces derniers, dans un département marqué par la petite propriété, ne souhaitent pas la révolution prolétarienne ou la collectivisation des terres, mais la protection de leur métier et de leur mode de vie, dont ils sentent bien toute la fragilité sous les coups que leur portent l’essor du productivisme agricole et la dernière vague de l’exode rural.

Parution aux PULIM présentes aux Rencontres 2014. Martial Delépine . Mon cher fils. Lettres du subdélégué de Limoges à son fils garde du corps à Versailles 1770-1780 éditées par Michel C. Kiener et Marthe Moreau

Martial Delépine
Mon cher fils. Lettres du subdélégué de Limoges à son fils garde du corps à Versailles . 1770-1780
éditées par Michel C. Kiener et Marthe Moreau.

Un document rarissime, qui devrait prendre place parmi les textes de référence publiés sur le XVIIIe siècle : plus de cent lettres écrites entre 1770 et 1780, en réponse à son « cher fils » garde du corps à Versailles, par le subdélégué de Limoges, collaborateur de l’intendant Turgot. A l’aube du romantisme, voici un noble en père aimant, une Sévigné de province qui rend compte de sa vie de famille. Et apporte bien du nouveau sur la vie des gardes du corps de la Compagnie écossaise.
Cent-quatre lettres intégralement transcrites, précédées d’une riche introduction due à un historien familier de la période et de Limoges.
Il s’agit d’une correspondance parfaitement privée concentrée sur une période assez courte, une dizaine d’années, entre 1770 et 1780, cent quatre lettres envoyées à son fils Jean-Baptiste par un robin de petite noblesse, le Limousin Martial Delépine, subdélégué de l’intendant de Limoges, le grand Turgot jusqu’à 1774.
Cette correspondance échangée à la charnière des deux règnes des rois Louis XV et Louis XVI est précieuse à plusieurs titres. On y trouve, certes, des renseignements sur la façon dont circulent les lettres, et d’autres, très fragmentaires mais capitaux, sur les débuts de l’industrie de la porcelaine à Limoges ; elles livrent un témoignage « au réel » sur la vie d’un garde du corps du roi à Versailles, au-delà des documents de gestion conservés dans les fonds d’archives publiques. Elles permettent surtout de plonger dans la vie quotidienne d’une famille de petite noblesse administrative, bien intégrée dans ce qui était selon les critères de l’époque une grande ville de province. Limoges, chef-lieu de la généralité du même nom et d’un évêché couvrant deux départements d’aujourd’hui, la Haute-Vienne et la Creuse, approchait en effet les vingt mille habitants ; cette ville des intérieurs, était encore une place de négoce, qui eut ses heures de gloire avant que la découverte des Indes et l’essor du commerce maritime, au long cours ou de cabotage, vienne torpiller son emprise. Elle n’en demeurait pas moins une place importante pour le commerce du poivre, et sa Monnaie continuait de frapper le billon pour le compte du roi.

Ces lettres sont passionnantes surtout pour ce qu’elles disent des relations intrafamiliales telles qu’on pouvait les pratiquer vers le milieu du XVIIIe à l’aube des Lumières. À l’origine de cette correspondance, il y a le départ du jeune Jean-Baptiste Delépine, parti à dix-neuf ans en décembre 1769 tenter sa chance à Versailles comme garde du corps surnuméraire. Il espérait intégrer rapidement l’une des unités les plus prestigieuses de la Maison du roi, la Compagnie écossaise commandée par un Limousin de haute volée, le duc de Noailles ; il lui fallut pour cela pas loin de deux années, passés à ronger son frein aux frontières de la cour.

Matière à histoire

Dirigée par Robert Chanaud, la collection a pour objectif de porter à la connaissance du public des sources documentaires (mémoires, chroniques, livres de raison, correspondances…) demeurées inédites jusque-là. Conservés dans des fonds publics ou des archives privées, ces documents méconnus, parfois méprisés, méritent de sortir de leur oubli relatif ou total car ils permettent d’éclairer utilement tel ou tel chapitre de la « grande » histoire. L’édition rigoureuse du texte s’accompagne d’une introduction qui s’attache à donner au lecteur tous les éléments d’informations sur le document, son auteur, son contexte historique permettant ainsi d’en apprécier la valeur.

278 pages
ISBN 978-2-84287-631-9
25 €

Cet ouvrage est disponible :

·         à la boutique des PULIM
39C, rue Camille Guérin  87031 Limoges cedex

Tel. : 05 55 01 95 35 – Fax : 05 55 43 56 29 – email : pulim@unilim.fr

·   en librairie
·   auprès de notre diffuseur :
FMSH-Diffusion 18-20, rue Robert Schuman- 94220 Charenton-Le-Pont

Tél : 01.53 48 56 30 – Fax : 01.53 48 20 95 – email : cid@msh-paris.fr

·   en ligne
http://www.lcdpu.fr
http://www.pulim.unilim.fr

Prof. Jacqueline Hoareau-Dodinau,
directeur des PULIM

Retrouvez aux Rencontres Littéraires et artistiques 2014 de Limoges Corgnac :  » Le communisme rural en haute-Vienne » (PULIM)

Philippe Paret
Le communisme rural en Haute-Vienne.
Etude d’une culture politique de la Libération à la fin des années 1960

Le communisme français n’a pas été seulement celui des ouvriers. Dès l’entre-deux-guerres, de nombreuses communes des campagnes ont dirigé leurs suffrages vers le PCF, en contradiction avec l’image conservatrice qui colle souvent aux paysans en matière politique. Cette implantation précoce ne s’est pas démentie à la Libération, bien sûr en lien avec l’aura acquise par le parti dans la Résistance. C’est ainsi que la Haute-Vienne, dont les campagnes sont les dépositaires d’une tradition rouge et contestataire remontant au xixe siècle, sont devenues à la fin de la guerre et jusque dans les années 1980 un véritable bastion communiste, malgré le poids considérable de l’autre parti de gauche dans le département, la SFIO.
Cet ouvrage se propose de retracer l’historique de cette implantation au cours d’une période charnière dans le monde rural : celle qui court de la Libération à la fin des années 1960, alors que la civilisation paysanne est en train de disparaître. Se dessine une manière d’être communiste à la campagne fortement liée à une identité locale et donnant naissance à une culture politique en apparence paradoxale, au croisement de l’idéologie, des structures et des intérêts portés par le PCF d’une part, des représentations et des revendications des paysans haut-viennois d’autre part. Ces derniers, dans un département marqué par la petite propriété, ne souhaitent pas la révolution prolétarienne ou la collectivisation des terres, mais la protection de leur métier et de leur mode de vie, dont ils sentent bien toute la fragilité sous les coups que leur portent l’essor du productivisme agricole et la dernière vague de l’exode rural.

211 pages

ISBN : 978-2-84287-6346-0

20 €

Prof. Jacqueline HOAREAU-DODINEAU

Les PULIM des Rencontres 2013 présentent : » L’économie sociale. Histoire d’hier, patrimoine pour demain du Limousin à l’Europe »

  • Les PULIM ont le plaisir de vous faire part de la parution de l’ouvrage

    L’économie sociale. Histoire d’hier, patrimoine pour demain  du Limousin à l’Europe
    sous la direction de Michel Dreyfus, Clotilde Druelle-Korn, Francis Juchereau, Bernard Lacorre

    Une sorte de prise de conscience se manifeste aujourd’hui : le modèle capitaliste est malade car engagé dans une spirale spéculative auto­destructrice. En revanche, l’économie sociale et solidaire (ESS) apparaît comme un champ possible d’actions et de constructions alternatives. Cependant l’histoire de l’ESS, déjà ancienne, n’est pas sans échecs. Elle a connu et connaît des tensions qui méritent d’être revisitées et étudiées.
    En dépit de sa richesse, passée et présente, l’histoire de ce pan du mouvement social reste en grande partie méconnue. Cette méconnaissance s’explique à la fois par la faible mise en valeur d’archives dispersées et par la façon dont s’est construite et écrite l’histoire des sociétés ouvrières et de leurs réalisations. C’est pourquoi il est si important de conserver ses archives et de valoriser son patrimoine.
    La création d’un Pôle d’histoire du travail et d’économie sociale à Limoges et en Limousin prend appui sur une riche et ancienne tradition unitaire d’organisation sociale, économique et politique. Le Limousin a bien été l’un des creusets de l’économie sociale en France. Notre pays a joué un rôle fondamental dans l’émergence et le développement de l’ESS qui allie fondamentalement le local des territoires, au global international.
    La journée d’étude au Palais du Luxembourg à Paris le 24 avril 2013, dont les contributions sont ici publiées, témoigne de la vitalité et de l’actualité de l’économie sociale et solidaire. L’ESS est un sujet d’étude à promouvoir, mais c’est aussi un présent et un futur. Il nous appartient d’articuler à la fois la dimension historique et celle de l’action aujourd’hui. C’est ce dont témoignent de manière transversale dans ce volume acteurs de l’ESS, chercheurs, conservateurs, militants et citoyens réunis.

    Sommaire

    Préface, Jean-Jacques Lozach
    Introduction, Francis Juchereau
    Présentation, Clotilde Druelle-Korn

  • Table ronde 1 L’économie sociale : le cas français. Aspects généraux et aspects spécifiques tableau diachronique et synchronique de la situation, Henry Noguès, Edith Archambault, Nadine Richez-Battesti, Denis Malabou, Thierry Jeantet, Bernard Lacorre
  • Table ronde n°2 Les enjeux de la valorisation de l’économie sociale par son patrimoine et son histoire en Limousin, en France et en Europe
    Introduction, Michel Dreyfus
    Les enjeux de la valorisation de l’économie sociale par son patrimoine et son histoire, Dominique Danthieux
    La presse ancienne en ligne une source pour l’histoire sociale L’exemple de la BFM de Limoges Etienne Rouziès
    Le CODHOS le Collectif des organismes de documentation en histoire ouvrière et social Frédéric Cépède
    La bibliothèque du CEDIAS-Musée social, Michel Prat
    Les sources du mouvement coopératif et mutualiste en Italie, Mariza Grazia Meriggi
  • Table ronde n°3 Économie sociale et territoires dans le cadre de la démocratie locale Jean-Philippe Milési, Isabelle Millet-Caurier, Jean-Louis Cabrespines, René Teulade
    Synthèse des travaux Michel Dreyfus

    133 pages
    ISBN : 978-2-84287-622-7
    18 €

    Cet ouvrage est disponible :

  •  à la boutique des PULIM
    39C, rue Camille Guérin  87031 Limoges cedex
    Tel. : 05 55 01 95 35 – Fax : 05 55 43 56 29 – email : pulim@unilim.fr
  • en librairie
  • auprès de notre diffuseur :
    FMSH-Diffusion 18-20, rue Robert Schuman- 94220 Charenton-Le-Pont
    Tél : 01.53 48 56 30 – Fax : 01.53 48 20 95 – email : cid@msh-paris.fr
  • au Comptoir des Presses d’université
    86, rue Claude Bernard, Paris 75005, à quelques pas de la rue d’Ulm- Tél. : 01 47 07 83 27
  • en ligne  *  http://www.lcdpu.fr   *   http://www.pulim.unilim.fr
    Nous espérons qu’il saura retenir votre attention et nous vous souhaitons une agréable lecture.
    Bien cordialement,
    Jacqueline Hoareau-Dodinau,
    directeur des PULIM

Les PULIM , présentes aux « RENCONTRES 2013 », publient « Culture et politiques publiques culturelles en Europe : Quelles valeurs à préserver en temps de crise ? »

Les PULIM ont le plaisir de vous faire part de la parution de l’ouvrage Culture et politiques publiques culturelles en Europe :
Quelles valeurs à préserver en temps de crise ?

Textes réunis par Hélène Pauliat

Sommaire
Michel Senimon, Mot d’accueil
Jean-Paul Denanot, Ouverture du colloque
Monique Boulestin, Les enjeux de la culture
Jacques Fontanille, Objet culturel et accès à la culture
Philippe Geffre, Diversité des acteurs, diversité des financements
Rapport introductif : la culture, une notion univoque en europe ?
Benoît Paumier, Politiques culturelles nationales, politiques
culturelles communes ?
François Lafarge, Culture, politique culturelle et droit de l’Union européenne
Première partie : Culture et politiques culturelles en Europe :
garantir la liberté de création en période de crise
Chapitre 1 – Gouvernance des politiques publiques culturelles :
dépasser les rivalités entre acteurs de la culture ?
Mario d’Angelo, Quelle gouvernance pour une politique publique de la culture ?
Christophe Lafaye, Les enjeux de la gouvernance en matière culturelle
La culture, une valeur, un bien ? Table ronde
Chapitre 2 – Les politiques publiques culturelles face aux défis
économiques et financiers
Philippe Chantepie, Périmètre des politiques publiques culturelles et
enjeux économiques et financiers
Marie-Christine Steckel-Assouère, Comment financer sans aliéner ?
Jean-François Husson, Une analyse sociopolitique du financement de la culture
Quels financements pour la culture ? Table ronde

Partie 2 : Culture et politiques culturelles en Europe : enjeux et
stratégies face à la crise
Chapitre 1 – La cohésion économique, sociale et territoriale : la
culture comme facteur de développement
Jean Hurstel, La culture, lien social ; la culture, au centre du lien social
Lionel Arnaud, La culture comme facteur de développement ? Cultures et
politiques culturelles en France et en Angleterre
La culture, facteur de développement et de cohésion. Table ronde


Chapitre 2 – La liberté d’accès à la culture : la culture comme objet
d’appropriation
Alexis Mons, Accès aux contenus et évolution des pratiques
Aline Girard, Bibliothèques et coopération numérique
Bruno Ory-Lavollée, Biens culturels et appropriation collective
Chapitre 3 – Le rayonnement culturel des Etats et des collectivités
territoriales : la culture comme espace d’affrontement
Françoise Massart-Pierard, La diplomatie culturelle multilatérale : le
rayonnement culturel autrement ?

La culture, entre influence extérieure et marque d’identité. Table ronde


Synthèse
Hélène Pauliat, La culture, des cultures, quelle culture ?

226 pages
ISBN : 978-2-84287-591-6
20 €

Cet ouvrage est disponible :
•        à la boutique des PULIM
39C, rue Camille Guérin
87031 Limoges cedex
Tel. :05 55 01 95 35 – Fax : 05 55 43 56 29
email : pulim@unilim.fr
•        en librairie
•        auprès de notre diffuseur :
FMSH-Diffusion 18-20, rue Robert Schuman
94220 Charenton-Le-Pont
Tél : 01.53 48 56 30 – Fax : 01.53 48 20 95
email : 
cid@msh-paris.fr
•        en ligne
http://www.lcdpu.fr
http://www.pulim.unilim.fr

Nous espérons qu’il saura retenir votre attention et nous vous
souhaitons une agréable lecture.

Bien cordialement,
Jacqueline Hoareau-Dodinau,
directeur des PULIM